DSC_0106.JPG

Et depuis l'oubli

je tisserai

la toile du monde

Création théâtrale écrite et mise en scène par Clémentine Jolivet

Interprétation: Amélie Fouillet

Dramaturgie: Hélène Triboulet

Scénographie: Aviva Masson

Lumières: Camille Gonzalez

Dans la première partie, une déesse, créatrice de mondes.

 

Dans la seconde, une créature chercheuse de sens.

 

À l’origine de tout il y a une déesse qui s’auto-féconde pour créer des mondes. Puis Lumen arrive, catapultée dans la matière sans mode d’emploi.

Qui crée qui ?

De la toute puissance à la recherche de l’impossible résolution du monde, les deux personnages tissent un réseau d’images qui puisent dans les figures mythologiques et dans la science moderne.

 

Au cœur de ce spectacle, il y a l’envie de questionner la relation entre les êtres, entre la créa-trice et sa créature, entre le mythe des origines et l’origine des mythes.

Cette création explore la notion d’impact, d’écho.

Quel est mon empreinte carbone relationnelle ?

Quelle musique crée l’impact d’un corps sur un autre ?

Quelle résonance mes paroles ont sur le monde ?

Des figures mythologiques hantent le plateau, l’ombre de Sysiphe se perd dans les méandres labyrinthiques du tri sélectif,

 

Pénélope s’ennuie, elle tisse des regrets, Icare crame ses ailes sur la table à repasser. Ces fantômes de notre inconscient collectif tissent sans cesse une toile faite d’un fil si fragile qu’il peut se défaire au moindre impact, si solide qu’il peut soutenir le monde.

et depuis l'oubli
et depuis l'oubli

scène et décor du spectacle

press to zoom
tisseuse
tisseuse

press to zoom
spectacle
spectacle

press to zoom
et depuis l'oubli
et depuis l'oubli

scène et décor du spectacle

press to zoom
1/11

Photos du spectacle
Crédit: Joris Morel